100% nature

Les Fleurs d’Estelle, une militante de la beauté de la nature

Le rêve des Fleurs d’Estelle, c’est que la nature reprenne une place de choix dans nos maisons et soit une source d’inspiration quotidienne.

Le défi des Fleurs d’Estelle, c’est de permettre de fleurir le quotidien et fleurir des relations tout en respectant l’environnement.

L’ambition des Fleurs d’Estelle, c’est de donner la possibilité d’offrir le plaisir simple, mais tellement essentiel, de contempler la délicatesse des fleurs et de sentir leurs parfums subtils.

Pour honorer la beauté de la nature, les Fleurs d’Estelle est l’auteure de bouquets écofriendly de la tige au pétale.

Le rêve des Fleurs d'Estelle ? Offrir une alternative à l’industrie de la fleur coupée

Fleurs françaises de saison

Comment je travaille pour préserver l’environnement ? 

A partir de fleurs 100% françaises et de saison, semées et cultivées dans le plus grand respect de la vie des sols.

En composant avec les multitudes de variétés de fleurs locales.

En respectant la saisonnalité, les tulipes et anémones au printemps, les pivoines, et le lilas à l’approche de l’été puis les roses, cosmos, zinnias jusqu’aux dahlias en automne.

En choisissant des fleurs arrosées à l’eau de pluie, des fleurs du jardin qui offrent un site préservé aux insectes pollinisateurs.

 

J’ai toujours considéré la question de l’écologie avec le plus grand sérieux dans ma vie quotidienne.

Bouquets confectionnés dans mon atelier à Guidel près de Lorient

Mes bouquets sont confectionnés dans l’atelier de Guidel (Morbihan), où la mousse florale est bannie au profit d’emballages et matériaux respectueux de l’environnement.

Et le petit plus ? Une livraison à vélo chaque fois que cela est possible.

Les Fleurs d'Estelle vélo - Guidel Lorient Morbihan

Livraison à vélo

Pour limiter l’empreinte
carbone, les bouquets peuvent être livrés à vélo (à Guidel et alentours) dans des emballages écologiques et recyclables.

Le saviez-vous ?

La fleur coupée pose un vrai problème environnemental. Environ 80 % des fleurs coupées ont parcouru des milliers de kilomètres en avions réfrigérés depuis le Moyen Orient, l’Afrique, l’Amérique centrale et l’Amérique du sud.

Les Fleurs produites dans des pays comme le Kenya et la Colombie sont cultivées en monoculture pour réduire les couts de production. Cette production intensive contribue à faire diminuer les ressources en eau et favorise le développement d’insectes nuisibles

Pour y remédier les sociétés productrices utilisent des produits chimiques souvent interdits en Europe. Ces fleurs, la terre et les ouvriers qui y travaillent sont exposés à un cocktail de produits chimiques hautement toxiques.

Membre du collectif de la fleur française

Cette association, au service du slow flower, soutient une agriculture plus responsable et a vocation à faire évoluer les pratiques de consommation.

Pour garder le contact